12 Juin 2015

Vols paraboliques

Pour effectuer des expériences scientifiques en apesanteur, le CNES dispose d’un moyen efficace et peu coûteux : l'Airbus A310 Zéro G, exploité par sa filiale Novespace. Ces expérimentations permettent de tester des dispositifs et des équipements destinés à être envoyés dans l'espace.

Accéder à l’apesanteur en prenant l'avion ? Une telle chose est possible grâce à l'Airbus A310 Zéro G. Exploité par Novespace, filiale du CNES, l’A310 Zéro G permet à ses passagers d’accéder à un état d’apesanteur durant 22 secondes. L’intérêt d'un tel dispositif ? Il offre au CNES la possibilité de réaliser à moindre coût des expériences visant à observer des phénomènes physiques et physiologiques qui, au sol, seraient invisibles à cause de la pesanteur. Concrètement, il peut s’agir d’étudier le fonctionnement du cœur, d’analyser les propriétés de certains fluides ou encore d’observer le comportement d’un matériau à haute température. Ces expériences permettent de tester des équipements et des dispositifs qui seront ensuite envoyés dans l'espace.

Pour accéder à cet état d’apesanteur, l’A310 Zéro G effectue des vols dits « paraboliques », au cours desquels l'avion suit une trajectoire en forme de cloche. Au cours d’un seul et même vol, l’A310 Zéro G réalise ainsi une trentaine de paraboles. Spécialement aménagé pour effectuer ce type de vols, cet avion est utilisé par le CNES dans le cadre de son programme de vols paraboliques, initié en 1988. Chaque année, le CNES effectue ainsi deux campagnes de vols paraboliques, chacune étant constituée de trois vols. Chaque vol emporte avec lui une douzaine d’expériences scientifiques et techniques. Notons enfin que l’A310 Zéro G réalise aussi des paraboles à gravité lunaire et martienne, afin de préparer les futures missions d’exploration de la Lune et de Mars.

Voir aussi

Le site du Cadmos